Sécurité routière… un sujet qui m’a toujours tenu à cœur…

J’ai obtenu mon permis trois semaines après mes 18 ans, j’ai mes 12 points, je me gare toujours dans des emplacements réservés à cet effet et je respecte les limites de vitesse… « Bête et disciplinée » pourront penser certains, qu’ils ne se privent pas. La mère de ma meilleure amie est décédée alors que j’étais toute jeune conductrice dans un accident horrible, je pense que cela m’a sensibilisée à vie.

Bref… voici un petit état des lieux de la situation sur notre commune. Outre les nombreux dos d’âne qui ont fleuri de-ci de-là, faisons le tour des aménagements dits « de sécurisation » sur la commune.

Première photo :
Devant le jardin Malaussène, rétrécissement très étroit, trottoirs en dur nettement surélevés par rapport au niveau de la route, poteaux en dur.

Deuxième photo :
Sortie du lotissement du Brusquet, terre-plein central permettant la traversée des piétons en deux temps, bien sécurisé. Réalisé entre 2008 et 2014.

Troisième et quatrième photos :
Chemin de la Billoire, nets rétrécissements également, trottoirs nettement plus hauts que le niveau de la route, poteaux en dur pour les matérialiser.

Dernières photos :
Au niveau du chemin de Bagneissore sur la route qui monte au village, rétrécissement moins prononcé que tous les autres ailleurs sur la commune, pas de trottoirs en dur, côtés 2-3 cm plus haut que le niveau de la route à peine, horribles « potelets » en plastiques blancs (enfin plus très blancs) dans lesquels les deux-roues tapent à coups de pieds quand ils passent à leur niveau. Les potelets qui matérialisaient le rétrécissement à droite à la montée ont disparu depuis des années, on peut donc rouler sur ce qui est censé être le rétrécissement matérialisé en couleur jaune (bien fade depuis longtemps). Le troisième qui matérialise le rétrécissement à la descente côté gauche de la rue est plié depuis le grave accident qui s’est produit à cet endroit le 5 janvier et n’a pas été remplacé. Résultat : les voitures foncent à la montée (aucune ou presque ne passe à 30 comme ce devrait être le cas, grande ligne droite) car elles savent qu’elles sont prioritaires et vu que le rétrécissement n’est pas matérialisé en dur, finalement il y a moyen de se croiser… et les deux roues peuvent sans problème y doubler les voitures (malgré l’interdiction de doubler qui court TOUT le long de cette route comme le rappellent des panneaux au niveau de la Cabergue et peu après le virage de la Fontonne à la montée).

J’ai eu, avec ma mère, un RDV avec le maire le 7 janvier à ce sujet, d’autant que les riverains avaient déjà attiré son attention sur la dangerosité de cet endroit à plusieurs reprises et ce depuis 2016, date de réalisation de cet aménagement. Sa réponse : je vais faire remonter à la Métropole. Il s’est écoulé 10 semaines entre le RDV en mairie et le début du confinement – il ne s’est strictement RIEN passé pendant cette période… et en ce jour, 19 mai, la situation est toujours identique, plots toujours abîmés, ni remplacés. Décidément… la sécurité routière ne semble pas être une priorité à Saint-Jeannet !

Ce contenu a été publié dans F. Marcé, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *