Des arrêtés municipaux… surprenants !

Je n’ai pas eu le temps de chercher l’information… j’ai bien envisagé de poser la question directement à la mairie, mais comme mes derniers mails envoyés remontant aux 1er et 2 juin derniers restent sans réponse, je doute que l’on m’aurait répondu.

Ma question est donc la suivante : est-il correct de prendre des arrêtés municipaux pour réserver des places de stationnement (vendredi dernier au Peyron, face à la station essence, ce jour au parking Veyssi, le long de l’arrêt de bus) en prévision de la venue de la « camionnette de campagne » du maire sortant ?

N’y a-t-il pas une sorte « d’abus de pouvoir » ? Et c’est d’autant plus rageant, quand on connaît la situation tendue au village en termes de stationnement, de constater qu’environ 5-6 places sont neutralisées jusqu’à demain soir…

Publié dans F. Marcé | Laisser un commentaire

22 juin 2020, Réfection de la chaussée à la Cabergue

Branle bas de combat en ce chaud lundi matin, troisième jour de l’été.

Comme vous l’avez tous remarqué la chaussée du CD 18 était fortement dégradée dans le virage en épingle à cheveux de la Cabergue, à mi chemin entre le village historique et le Peyron.

Aussi nos édiles ont-elles diligenté une noria de camions de chantier et des ouvriers pour refaire le revêtement de la chaussée. Nous pourrons donc rouler sur un billard afin de nous rendre à notre bureau de vote, sis au village, pour le deuxième tour des élections municipales et métropolitaines, dimanche prochain le 28 juin 2020.

Un grand merci à la métropole, qui est en charge de nos routes carrossables, et qui, ainsi, nous restitue une partie de notre impôt métropolitain avec ces travaux indispensables  en cette période.

Publié dans Reportages | Un commentaire

Message de Marie-Paule Marcé

Je tiens à signaler que ce texte n’engage que moi, Marie-Paule Marcé :

J’ai entendu Madame l’Adjointe à la culture dire que la fusion de cette année n’avait rien à voir avec celle d’il y a 12 ans. Je pense que l’objectif est exactement le même, à savoir, battre le maire sortant et proposer un programme innovant. Je tiens à lui rappeler notre expérience ratée de 2001, derrière Monsieur Dubrulle. Elle a, ainsi que d’autres anciens colistiers, persévéré. Il y a 12 ans, nous avions soutenu la liste sur laquelle elle était et nous avons soutenu la fusion avec celle de Monsieur Sempéré, là encore l’autre tête de liste n’était pas restée.

Il y a 6 ans nous avons soutenu la liste de Monsieur Sempéré car nous pensions qu’il y avait une bonne équipe. Malheureusement nous avons déchanté.

En effet, je peux parler d’un sujet que je connais bien : la bibliothèque, dont je suis membre depuis 1995 et Présidente depuis 2004.

En 2014, nous avions avec la médiathèque départementale organisé une exposition « L’écho des tranchées » qui relatait la Grande Guerre vue par le monde de la BD. On nous avait promis la Chapelle Saint-Jean-Baptiste depuis le mois de mai, et cela, pour le mois d’octobre, ayant convenu que cette exposition s’inscrirait dans le cadre de la « Semaine bleue ». Nous avons eu à peine le temps de commencer que le premier dimanche, lorsque nous sommes rentrées dans la salle, nos livres avaient été mis dans les caisses et la salle attribuée à d’autres personnes, cela bien sûr, sans que l’on ne nous ait prévenues. J’ai alors dit ce que je pensais à notre Adjointe. Nous avons donc décidé d’interrompre l’exposition et nous nous sommes fait reprocher cette décision – sans commentaire. Permettez-moi de sourire, quand maintenant on nous parle de « concertation ».

En 2016, le manque de finances a fait que la subvention de cette même bibliothèque a fondu comme neige au soleil. Elle a été réduite de moitié passant à 500 euros, sachant que nous devons nous acquitter chaque année d’environ 180 euros d’assurance responsabilité civile, cela ne laisse vraiment plus grand-chose pour l’achat des dernières nouveautés littéraires. C’est sans doute avec les 500 autres euros que la commune a bouclé son budget. J’ai fait part à qui de droit de mon mécontentement, en faisant notamment allusion à la subvention de plusieurs milliers d’euros attribuée à l’association « Gueules de voix »  cette année-là. Quelque temps après, j’ai reçu un mail de celle-ci répondant à un mail non signé que j’avais soit-disant envoyé. Je n’ai rien compris à cette histoire, décidément, on n’a pas de chance dans notre famille car on nous attribue des courriers ou des interventions sur les réseaux sociaux que l’on n’a pas écrits. Je sais que cette année-là plusieurs autres associations s’étaient également insurgées contre les diminutions drastiques de leurs subventions.

Depuis des années, et je n’exagère rien (j’ai naturellement conservé tous les courriers l’attestant), nous demandons l’accès aux archives de la commune qui restent en mairie – sans succès. Bien que n’ayant pas toujours entretenu des contacts cordiaux avec Monsieur Nirascou alors qu’il était Maire, celui-ci nous avait toujours autorisées à y accéder pour nos travaux de recherche pour les expositions que nous avons organisées. Et pour clore en beauté la mandature de Monsieur Sempéré, il a attribué notre exposition sur le centenaire de l’armistice aux associations patriotiques.

Avec mes amies bénévoles, nous sommes inquiètes de l’avenir de la bibliothèque étant toutes âgées de plus de 70 ans. Nous avons donc pris RDV avec Monsieur Sempéré pour lui faire part de nos craintes, et pour lui demander de réfléchir avec nous et les personnes concernées de son équipe, à un autre mode de fonctionnement pour la bibliothèque, sachant qu’elle tient un rôle social au village. Comme solution, Monsieur le Maire nous a recommandé de demander l’aide de son épouse. Nous avons ensuite contacté Madame Michon-Charpentier, notre Adjointe à la culture, qui comme solution nous a suggéré de mettre un article dans le bulletin municipal. Rien de plus.

Nous pensions naïvement que la culture commençait par la lecture, amis Saint-Jeannois, sachez que votre bibliothèque se meurt dans la plus grande indifférence de nos élus.

Publié dans Actualités, Culture, Non classé | Laisser un commentaire

La #questiondujour – la différence entre inéligibilité et incompatibilité

Continuer la lecture

Publié dans F. Marcé | Laisser un commentaire

Promenade Sainte Pétronille fissurée

Cet article de Nice-Matin, daté du 15 juin 2020, étant en accès libre sur le site Internet de ce journal nous le recopions in extenso ci-dessous :

Pour moi la cause n’est pas inconnue. Les mouvements de terrain importants sur la parcelle juste en-dessous sont en grande partie responsables. De nombreux oliviers ont été déracinés, et une excavation très importante a été réalisée avant que la construction ne débute. 

Passant régulièrement par cette route pour aller ou revenir du village, je n’avais pas remarqué que cette route était si dégradée que prétendu.

Pourquoi aller déranger les propriétaires des parcelles voisines, pour y réaliser des sondages, alors qu’ils ne sont en rien responsables et vivent paisiblement sans mouvement de terrain depuis toujours ?

Pourquoi se réjouir de la faible fréquentation de cette voie alors qu’il y a une cinquantaine de riverains qui l’utilisent et une importante maison de retraite ?

Et je plains les riverains installés en amont de la route et de ces travaux qui voient l’assise de leurs terrains compromise par des travaux inconséquents qui ont été autorisés.

 

 

 

 

Un témoin installé depuis l’écriture de l’article ci-dessus est déjà fissuré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les observateurs attentifs, il n’y a même pas besoin de témoin, les fissures s’élargissent à vue d’œil et on peut même y entrer un pied.

 

 

 

 

Que de légèreté pour avoir laissé faire un tel chantier ! 

Publié dans Actualités | Un commentaire

Une passerelle qui ne sert à RIEN depuis 8 ans !

Début 2013, mon père vous présentait les deux passerelles construites en 2012 par la commune.

Je vais vous parler plus précisément de celle installée sur le vallon du Parriaou, un peu en contrebas du parking Veyssi, depuis le chemin de la Tourraque.

Complètement à l’abandon, elle ne mène nulle part puisqu’elle débouche… sur un panneau « sens interdit »… alors qu’il s’agit normalement du début du chemin de Saint-Eloi qui permet de rejoindre le lavoir de Font-Major… et donc un cheminement piétonnier entre le village et jusqu’à la Cabergue, le tout sans rencontrer ni croiser le moindre véhicule…

Bon, ça, c’est la théorie… dans la pratique, c’est tout autrement… en effet, la promesse de réhabilitation de ce chemin n’a – ENCORE UNE FOIS – pas été tenue… et la passerelle se délabre… je n’ai pas eu le courage de retrouver son coût… mais vu l’installation, on peut imaginer qu’il s’agissait encore de quelques milliers d’euros à coup (coût ?) sûr !

Ma mère avait écrit à la mairie fin décembre 2018 pour demander le rétablissement de ce sentier pédestre… et la réfection du lavoir de Font Major (dont je vous parle ci-après)… on lui avait répondu : « j’ai le plaisir de vous informer que vos demandes présentent un intérêt certain pour la commune (…) Dans un premier temps, dès 2019, la commune fera les aménagements nécessaires afin de réhabiliter le lavoir de Font Major. Puis dans un second temps, la commune travaillera à la réhabilitation du chemin allant du chemin de Font Major jusqu’au chemin de la Tourraque, afin de permettre aux piétons d’accéder au village sans avoir à emprunter la Route Métropolitaine 18. »

Il était déjà fait mention de la réfection de ce fameux lavoir de Font-Major dans le bulletin municipal de mai, juin, juillet, août 2013 (!) :

Dans lequel on nous informait à son sujet :

Nous sommes le 16 juin 2020… la passerelle est dans l’état des photos publiées ci-dessus et voici l’état du lavoir de Font-Major – cela fait un moment qu’il attend la « mise en place d’une nouvelle toiture et d’une restauration de ses bassins » – pas moins de 7 ans ! :

Et pour clore sur le sujet du « peu de cas porté à notre patrimoine par la municipalité en place »… voici l’état de la couverture en zinc du clocheton de la chapelle Saint-Jean-Baptiste… replié depuis plus d’un an et ne faisant donc plus office de protection de la structure en-dessous. Je l’ai signalé à 4 reprises par le passé – mon dernier mail date du 19 avril 2019, resté sans réponse bien entendu… et la réparation n’a pas non plus été effectuée !

 

 

Publié dans F. Marcé | Laisser un commentaire