Le circuit des cabanes sur Azur TV


cabane3

Dans l’émission de Jean Dulon « Ça coule de source », Georges Fabry de l’association « Sentiers et Villages des Baous » a présenté les constructions dans les Baous qui jalonnent le circuit des cabanes : restanques, cabanes en pierre sèche, rucher, aire de battage, escalier volant,…

Cette émission a été diffusée durant la semaine du 13 au 19 novembre 2014 sur Azur TV, canal 31 de la TNT.

Elle peut être revue en podcast sur le site Internet d’Azur TV.

Publié dans Actualités | Un commentaire

2 novembre, départ du 17 Km du Trail des Baous


Le Trail des Baous s’est déroulé cette année le dimanche 2 novembre 2014 à Saint‑Jeannet. Comme d’habitude, le départ et l’arrivée ont eu lieu au stade de la commune.

Cliquez sur la première vignette pour l’agrandir et faire défiler les images, avec légendes, à votre rythme.

En mode défilement des images, cliquez sur l’image pour sortir du diaporama.

Plus de 500 concurrents étaient au départ du « petit » parcours de 17 km dont une voici une vidéo :

 

Publié dans Reportages | Envoyer votre commentaire

13-19 octobre, compte rendu de la semaine bleue


compte rendu semaine bleue

Publié dans Reportages | Envoyer votre commentaire

Le CCAS propose un atelier « Ganses » et plus


ateliers ganses et autres

Publié dans Actualités | Envoyer votre commentaire

Le brûlage des déchets verts ?


brulageDans un article publié ici en mai 2013, nous avions tenté de faire le point ce sujet et indiqué que la réglementation interdisant le brûlage des déchets verts avait quelques dérogations autorisées par notre préfet.

Nous venons de découvrir avec stupéfaction sur le site de la mairie un unique et nouveau (?) courrier de l’ARS (Agence régionale de santé) qui interdit tout brûlage des déchets végétaux. Ce courrier de l’ARS PACA à l’attention des délégués territoriaux comporte un premier tampon en noir indiquant la date du « 12 FEV. 2012 » et un deuxième tampon de couleurs bleue et rouge « COURRIER ARRIVE LE 04 NOV 2013 MAIRIE DE SAINT-JEANNET ». Le cheminement semble avoir été long avant d’arriver à bon port.

Il n’y a plus aucune dérogation comme le préfet en avait faite en novembre 2012 pour les résidus de la taille des arbres fruitiers et les déchets résultants de l’Obligation Légale de Débroussaillement (OLD) . La Commission européenne menace la France d’une amende faramineuse (11 millions d’euros avec une astreinte journalière de 240 000 euros) en cas de non respect des valeurs limites PM10 (= émissions excédentaires des particules en suspension dans l’air). Vive l’Europe !

Ce diktat amène plusieurs réflexions :

  1. Que fait-on de nos déchets végétaux ? Il doit falloir les emporter à la déchetterie si j’ai bien compris : mais comment fait-on ? Tout le monde n’est pas équipé d’une camionnette ou d’une remorque et la limite de poids fait qu’à partir d’une certaine quantité, il faudra payer, un impôt de plus ! Il n’y en a pas encore assez comme chacun sait !
  2. Il avait été avancé oralement durant la précédente campagne électorale pour les élections municipales, par la tête de la liste qui a obtenue la majorité, la possibilité de mettre à la disposition des habitants de la commune une camionnette municipale pour évacuer nos déchets verts. Apparemment, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Mais à notre connaissance, ceci n’a pas encore été fait.
  3. Personnellement, j’ai plusieurs branchages qu’il m’est impossible de débiter pour pouvoir les transporter dans des sacs à la déchetterie comme je le fais maintenant pour les tailles de haies. J’envisage de les entasser dans un coin de mon jardin ce qui sera une source potentielle d’incendie en cas de grande sécheresse. Ou mieux, de les entasser en limite de propriété en remplacement de haies végétales qui ne seront plus à tailler puisqu’elles ne produiront plus de déchets verts.
  4. Il faut aller au bout du raisonnement puisque de diktat a manifestement été rédigé par du personnel, payé par nous, qui vit dans des agglomérations bétonnées et que l’on ne nous propose aucune alternative. Pour ne plus polluer, je propose de supprimer toute la végétation et de bétonner de façon à ne plus avoir de déchets verts. Cela rendra nos paysages identiques à ceux dans lesquels vivent ceux qui rédigent de telles règles et cela sera meilleur pour l’air que nous respirerons.

A quand l’interdiction absolue de péter et de roter ce qui pollue gravement l’air ambiant ?

Enfin il faut noter que ce courrier de l’ARS semble avoir été émis en février 2012 et la lettre du préfet au maire indiquant des dérogations est datée de novembre 2012. Comprenne qui pourra !

Publié dans Actualités | Envoyer votre commentaire

Hier et aujourd’hui : le pontis


Cet article est le premier d’une série qui essaiera de faire une comparaison entre les représentations de certains lieux du village tels qu’on peut les voir sur des cartes postales anciennes et ce que sont devenus ces lieux à notre époque. Notons tout de suite que la plupart des bâtiments, à l’intérieur du village, ont peu changé. Mais il y a un lieu qui a subi un changement notable il y a environ une soixantaine d’années c’est le pontis.

Un pontis est un passage couvert sous des immeubles. Intéressons nous aujourd’hui à celui qui relie la rue de la Ferrage à la place l’église. L’actuelle rue de la Mairie, dans le prolongement de ce pontis, s’appelait autrefois « la rue du Pontis ». Le pontis qui relie la place de l’Église à la rue de la Ferrage était autrefois plus long et comportait des bancs de pierre de chaque côté comme on le voit sur une ancienne carte postale :

pontis ancien 640

Notons au passage la description qu’en a faite Monsieur J. Malaussène en 1908 :

« Le Pontis, espèce de porche qui sert de lieu de réunion, de forum, les soirs d’été aux travailleurs et aux quelques bourgeois de la localité. Assis sur deux rangées de séculaires bancs en pierre, ils goûtent d’un repos paisible, tout en devisant à la fumée âcre et épaisse des pipes des choses locales, des questions agricoles avec de fréquentes incursions dans le domaine politique.  »

Ces bancs en pierre ont été supprimés et la longueur du pontis a été réduite. En effet, afin de faciliter le passage des voitures dans l’angle droit entre la rue de la Mairie et la rue de la Ferrage, l’arrière de la maison du presbytère qui borde la rue de la Ferrage a été démoli et reconstruit environ un mètre et demi en retrait, comme on le voit encore dans les traces de l’ancienne construction sur le mur qui fait face à la rue de la Ferrage, à gauche de la photo ci-dessous :

Pontis

Aujourd’hui, le pontis est donc moins long et plus large, comme le démontre la tentative de superposition des deux photos ci-dessous après recadrage :

pontis-anigif

Aujourd’hui, la rue du Pontis relie la rue du Passé à la place Sainte-Barbe, en passant par un passage couvert, appelé « Pontis », qui a été percé sous l’hôtel le FrogS’House.

Plan du village avec la localisation du pontis et de la rue du Pontis :

plan-village

 

Les commentaires des personnes ayant été témoin de la transformation du pontis aux environs des années 1950 sont tout à fait bienvenus.

Publié dans Actualités | Envoyer votre commentaire