Saint-Jeannet-le-neuf

PDF page

Saint-Jeannet-le-Neuf

C’est pour bientôt ! Saint-Jeannet le neuf, à l’image de Carros-le-neuf, doit voir le jour sur les coteaux du Var au-dessus de Saint-Estève. On lit, en effet, sur la page du journal local Nice-Matin du mercredi 1er mars consacrée au conseil municipal de lundi 28 février ce qui suit :

coteaux var

C’est monstrueux ! Comme beaucoup de saint-jeannois, nous avions choisi  d’habiter ce village pour son calme et sa ruralité. Malheureusement la ville nous envahit ! Tout cela à cause de la loi ALUR, paraît-il. Une première réunion d’information s’était tenue le 10 octobre 2016 pour essayer de rassurer les riverains concernés ; nous en avions fait le compte-rendu.

Sur la même page du journal on lit aussi :

nuancier

On rêve éveillé ! Ou c’est un cauchemar ? En effet, on doit construire de l’habitat continu sous la rue du vallon et les terrains juste en-dessous de cette verrue ne peuvent rien construire ni modifier à leur habitation actuelle. Est-on encore un pays dont la première devise s’écrit  «  Liberté » ?  On peut bétonner à tout va si la couleur est bonne !

Retrouvez le compte rendu du conseil municipal du lundi 28 février 2016 sur la version en ligne de Nice-Matin sans les deux extraits ci-dessus ; cet article en ligne est réservé aux abonnés. 

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Saint-Jeannet-le-neuf

  1. STEF.B dit :

    Le village perd de son cachet de jour en jour.
    Déjà la rue du Vallon est vilaine.
    Cette entrée n’a rien d’attrayant avec des habitations proches de l’abandon, vieillissantes et le Ste Barbe vraiment pas à son avantage. Aucun attrait.

    Le village n’est beau que lorsque nous le voyons du Peyron ou du Baou.
    Aucun charme à le traverser même si actuellement des efforts sont faits au niveau du nettoyage, des espaces fleuris, des plaques historiques.

    Côté circulation c’est déjà l’apocalypse. Trop de véhicules y circulent.
    La route menant au village est dangereuse, étroite. Augmenter la population sans tenir compte des infrastructures, des transports en communs, des commerces, des parkings et j’en passe amènera le village à devenir un ghetto, un simple dortoir où seuls les randonneurs y viendront, sans aider financièrement les commerces et la municipalité.

    Les travaux ont commencés pour ces logements, eh bien c’est bien triste et cela n’aidera en aucun cas le village en lui même, bien au contraire.
    Je crains des tensions et surtout une perte de son cachet déjà bien terni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *